Que savons-nous des compteurs Linky ?


Publié le 27 juin, 2017

Que savons-nous des compteurs Linky ?

Peut-être vous posez-vous des questions sur ce nouveau compteur en cours d’installation dans notre région, notre pays ? Beaucoup de choses sont dites, parfois sans fondement. Afin de vous apporter un maximun d’indications, voici à ce stade, les éléments obtenus de l’opérateur et de sources autorisées. La Ville de Saint-Pierre-lès-Elbeuf fera connaître sa position à la rentrée prochaine, en tenant compte des connaissances appropriées et d’informations sérieuses.

Le compteur Linky appartient à la commune, ERDF en en étant le gestionnaire. Il  est gratuit. La commune ne peut refuser cette propriété et interdire son déploiement sur la ville, du fait de l’application de la Loi ; toute délibération de refus qu’elle voterait serait jugée illégale donc annulée par le Tribunal administratif, comme cela a déjà été le cas pour les collectivités ayant pris de telles délibérations. Par ailleurs, le client ne peut refuser son installation à son domicile ; s’il persiste, il se verra soumis à un « relevé spécial », payant au moins une fois par an ; en conservant son compteur actuel, il payera ensuite toute intervention de réparation ainsi que l’installation du compteur Linky s’il venait à changer d’avis. Le compteur Linky devrait permettre plus de possibilités d’utilisation, des économies de consommation (ex véhicules électriques) ; il supprime tout relevage sur place. Enfin, avant toute coupure d’électricité pour non-paiement, la Loi s’applique et le client doit être informé de la démarche.

Le compteur Linky fonctionne par impulsion, utilisant la technologie CPL (Courant porteur en Ligne). L’onde passe par le réseau électrique et émet un très faible rayonnement indique ERDF, 0,01 Volt, équivalent à celui existant avec les « Baby-Phone » (ex 600 fois moins qu’un sèche-cheveux). Certes il est classé « cancérigène » par une entité de contrôle mais classé en « 2B », comme le sont « le café » et « les légumes marinés ». La sécurité sanitaire a d’ailleurs été assurée par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire  (Anses), laquelle par un nouvel avis du 20 juin, confirme que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par le compteur reste « très faible », inférieures aux valeurs limites réglementaires, d’un niveau comparable aux dispositifs de style chargeurs, écrans…etc…

ERDF peut l’interroger à distance mais ne peut communiquer aucun renseignement sans l’autorisation du client ; certes il est piratable, comme toute technologie actuelle, mais il ne peut fournir que la donnée de consommation par heure, sans autres informations. Enfin, les données des clients sont stockées dans un système d’information hyper sécurisé, soumis aux dispositions réglementaires de la Cnil (pas d’utilisation commerciale, aucune divulgation à un tiers).

Grâce à Linky, les opérateurs peuvent faire varier les tranches horaires réduites (ex le WE) ; on peut également faire varier le tarif selon les conditions particulières des clients ; le client peut suivre sa consommation sur le cadran du compteur, interroger à distance par l’accès en ligne afin de connaître sa consommation. Par un suivi et un contrôle poussés, le client peut réaliser jusqu’à 15% de réduction de sa consommation précise ERDF.

Le compteur Linky permet de protéger les maisons ; ainsi en cas de surtension, il n’y a pas de coupure risquée occasionnant des dégâts. Par ailleurs, dans les zones de basse tension, contrairement aux possibilités offertes par le compteur actuel, on peut déceler les pannes et intervenir.

Par le recours à Linky, ERDF s’autofinance, c’est pour cette raison que ce compteur est gratuit, et peut donc investir sur le long terme.

Il faut savoir, ajoute l‘opérateur, que nombreux sont les habitants qui sollicitent et attendent la mise en place du compteur Linky, du fait de ses caractéristiques et de ses potentialités. A ce jour, 95 444 compteurs ont été ainsi installés en Seine-Maritime.

Pour consulter les informations communiquées par Enedis, vous pouvez consulter le site